Actu Expo 02
retour au menu
 
Expo .02 "La sÚcuritÚ dans l’ouverture"
L’ŒIL DU CYCLONE

Au gré des évènements historiques, de l’apogée et de la décadence des empires, des religions, des systèmes économiques et politiques, les noms des lieux changent. Durant les mois qui furent nécessaires à sa conception et à sa réalisation, l’oil du cyclone répondit à différentes appellations.
L’analyse de ces diverses appellations, si elle n’a pas la prétention d’expliquer mon travail, ma démarche, car comme l’écrivit Niestch de façon percutante - « Essayer de définir l’art, c’est tendre le baquet au bouc avant de le traire « - peut toutefois éclairer mon ouvre et afuter notre perception de l’univers qui nous entoure, des évènements politiques, économiques, sociologiques que nous vivons.

L’ESCARGOT

Avant que j’entre en scène, il y a l’escargot, évocation de la politique extérieure Suisse. L’escargot incarnant une attitude de replis sur soi, de protection par la carapace, d’extrême lenteur de prise de décision.

SPIRICOOM HELVETIUS

Dès que la commande m’est attribuée, ce qui m’intéresse en premier c’est la spirale dessinée par la coquille de l’escargot. La spirale, riche symbole de régression ou d’expansion. Tout dépend du sens que l’on veut lui donner. Ce peut être le fini qui va vers l’infini ou l’infini qui va vers le fini, le tourbillon de l’eau qui s’écoulant au fond de la baignoire change de sens suivant que l’on de trouve dans l’hémisphère sud ou dans l’hémisphère nord. En latin de cuisine, la spirale Suisse a donné, Spiricoom Helvètius.

UNE HELICE POUR ULYSSE

Je remarque qu’héliciculture est le mot savant qui désigne l’élevage des escargots. Dans héliciculture il y a hélice. L’hélice propulse le navire. Cela ramène au chantier naval, au grand large, à l’aventure, à la mythologie, donc à Ulysse. La coquille est évidée pour provoquer l’ouverture de -« la sécurité dans l’ouverture », thème de l’exposition. La fine spirale libérée est tronçonnée en quatre éléments, les quatre pâles de l’hélice pour Ulysse.


RUPTAGAAN SIX

Ruptagaan est le nom par lequel je désigne une série de sculptures caractérisées par des espaces entaillés de routes jamais droites, venant de nulle part, aboutissant nulle part. Ruptagaan, c’est un mot valise construit à partir de rupta qui veut dire la route en latin, la route au sens de rupture,
sillon, entaille, et de yatagan qui désigne le sabre utilisé jadis par les soldats Ottomans. Au fur et à mesure que mon travail sur l’escargot, la spirale, l’hélice, progresse, il m’apparaît de façon évidente comme faisant intégralement partie des Ruptagaans. Il existe déjà cinq Ruptagaans en France et en Italie, d’où Ruptagaan six.

TOUS LES CHEMINS MENENT A BERN

Entre les Ruptagaans précédentes et Ruptagaan six apparaît une différence au niveau du concept. Alors que dans les cinq précédentes, les routes, les ruptas, venant de nulle part et allant nulle part traversent l’espace, dans Ruptagaan six les quatre routes ou les quatre pales de l’hélice viennent de l’infini mais convergent en un point qui est le centre de l’hélice, c’est-à-dire le coeur du pays, la capitale, d’où - Tous les chemins mènent à Bern.

L’ŒIL DU CYCLONE

Les quatre ruptas, les quatre pales de l’hélice, convergent au centre de l’escargot en un même espace dont la forme peut évoquer un oil. Lorsque une hélice tourne son centre reste en principe immobile. Un cyclone, c’est aussi une spirale, un tourbillon provoqué par une dépression atmosphérique. Pour se protéger du cyclone, deux possibilités. La première est de fuir loin, très
loin. La deuxième est de se réfugier dans l’oeil du cyclone.

 

UN CYCLONE NOMMÉ EUROPE

Au cours des derniers siècles, la Suisse ne fut elle pas l’oil d’un cyclone
nommé Europe ?

Goulven . avril 02