retour au menu
 







 

Goulven artiste sculpteur plasticien.

Pour contacter Goulven

 Il vit et travaille à Toulon mais c’est hors de sa région de résidence que son œuvre est reconnue. Sans risquer de sombrer dans la caricature on pourrait définir le travail de Goulven comme une lutte entre le rectangle et la courbe, le concept et l’action. Dans sa démarche photographique le rectangle n’est plus dans l’image mais il est l’image.

 Des  images  ont été fabriquées au printemps 2007. Elles sont le fruit d’une alchimie mettant en relation le fer, et l’eau. Elles ramènent à la genèse universelle de part les formes qu’elles évoquent et sont la genèse du travail auquel Goulven se consacre depuis juillet 2007 : Intervention dans la rénovation de l’hôtel Monopole à Milan.

  Sculptures, photos, bijoux… Goulven serait il un touche à tout ? Absolument pas, mais pour atteindre sa destination, pour trouver ce qu’il cherche et qu’il garde secret il emprunte des routes très différentes, contourne les obstacles brouille les pistes.

Ruptagaan

Ruptagaan est un mot valise formé à partir de Rupta qui signifie "la route" en latin, la route au sens de rupture, sillon, tranchée, cicatrice, et Yatagan qui fut le nom donné au sabre avec lequel combattaient les soldats turcs. Les Ruptagaans sont des espaces plans verticaux et horizontaux traversés, partagés par des routes, des Ruptas qui viennent de nulle part et se dirigent vers l'infini. Une Ruptagaan est une sculpture attachée à un site, à un lieu, une intervention sur une espace de vie.

Le fer

Le fer est une matière issue du traumatisme de la fusion. Il porte en lui la chaleur et la violence du feu.

 

La beauté

La beauté est indéfinissable, on peut la cultiver et la circonscrire, l'aimer mais non la figer. La beauté n'existe pas sans la pensée. L'absence de défauts n'est pas la beauté. La perfection n'est pas la beauté mais la beauté est inconcevable sans un désir de perfection. La beauté n'est pas démocratique, la tyrannie tue la beauté. Que faire ? Continuer nos trajectoires chaotiques de dieux déchus et mener une guerre impitoyable à tout ce qui pourrait nous empêcher de nous souvenir des cieux.

La rupture de la continuité

De chaque coté de la ligne brisée, de la rupture, de la rupta, de la frontière, de la route, deux univers semblables et opposés surgissent, deux vies, deux sexes, deux contrées, qui tendent à se réunir, créent et procréent, se désirent et se détestent, s'aiment et se haïssent.

La continuité de la rupture

Orient occident, Bosphore, muraille de chine. Afrique Europe, chaîne des Pyrénées. Homme, femme. Peu à peu la frontière s'estompe. Bonheur douceur quiétude, puis, ennui décadence avachissement tristesse dépression, jusqu'à la suivante et régénératrice rupture.

Goulven : sculpteur-plasticien / Le voilier ( Ruptagaan 010) / L'oeil du cyclone (Ruptagaan 006) /Le croisement des chemins détournés (Ruptagaan 11) / Interventions pédagogiques / Bijoux / Sculpture monumentale /Alphabet d'artiste / Esprit loft - Ruptagaan 005 / Contact / Actualité / Interview / © 2002-2009 Goulven sculpteur